Ces entreprises bretonnes qui réussissent illustrées par : Le château d’Apigné

Récemment, j’ai eu le plaisir de rencontrer Karim KHAN, un homme sincère et un dirigeant d’entreprise surprenant. Une découverte singulière qui me donne l’occasion du premier article 2022 de ma série « Ces TPE/PME Bretonnes qui réussissent »


Porter les valeurs de l’ entreprise

Qui est donc Karim KHAN ? Ancien enseignant, aujourd’hui gérant et propriétaire d’un hôtel de luxe et restaurant gastronomique situé en périphérie de Rennes. Eternel optimiste, il s’endette lourdement et achète en 1989 le château d’Apigné, alors en ruine et le restaure pendant 20 ans tout en développant une activité économique désormais florissante. Au-delà de la restauration du patrimoine, il s’ouvre à l’évènementiel, à l’hôtellerie de luxe à la restauration gastronomique. Rapidement, il s’engage dans la vie économique bretonne endossant tour à tour les fonctions de Président de l’Union bretonne des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie (UMIH), d’élu à la CCI Ille et Vilaine, et de membre de la commission Economie et Innovation Conseil de la Région Bretagne ainsi que du bureau du Comité Régional Tourisme. Vous l’aurez compris, Karim KHAN est un homme d’action et d’engagement, quand il s’investit, il le fait vraiment.

L’entreprise « Château d’Apigné » : Créée en 2009, l’établissement vient d’obtenir le renouvellement de la Certification Ecolabel Européen, seul label écologique reconnu en Europe. L’entreprise compte aujourd’hui 30 salariés et a réalisé en 2021 un chiffre d’affaires d’1,8 millions d’euros. Depuis 2012 déjà, le Château d’Apigné est également engagé et certifié dans une politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE) : faible consommation d’eau, d’énergie, de détergents, faible production de déchets, recours aux énergies renouvelables et développement de la mobilité durable, achats de produits responsables, sensibilisation de ses collaborateurs aux écogestes et éducation des clients au respect de l’environnement, plus de 300 critères rigoureusement audités par l’AFNOR. Ses actions ? Le relamping, la récupération d’eau de pluie pour les espaces verts, l’utilisation de produits locaux ou de produits d’entretiens écologiques, la sensibilisation des équipes pour une meilleure maîtrise de la température dans les chambres. Le label n’est pas une fin en soi, il rend compte de la volonté d’un dirigeant et d’un collectif de salariés engagés dans une démarche qui mobilise la recherche de l’excellence tout autant qu’elle stimule l’esprit d’équipe et du dépassement de soi.

Manager les ressources humaines en période de COVID

La crise COVID a resserré les liens entre les salariés et la direction alors même que le virus a rudement sollicité le management des ressources humaines. Selon la DARES, en un an, entre février 2020 et février 2021, les effectifs du secteur sont passés de 1,3 million d’employés à 1,07 million, soit un solde de 237 000 employés disparus résultant de la différence entre 213 000 nouveaux entrants et 450 000 sortants. Pour faire face, depuis 2 ans, l’établissement a arrêté le service du midi au restaurant. Etonnamment, cela n’a pas impacté le chiffre d’affaires grâce au développement de nouveaux services (traiteurs, mariages, réceptions, …). Au niveau de l’équipe, une solidarité exceptionnelle s’est développée : mails échangés, appels quotidiens : les salariés se sont inquiétés pour la santé de l’entreprise et se sont demandés comment ils pouvaient réagir et s’adapter. Certains ont été jusqu’à proposer de reporter leurs vacances. Comme me l’a indiqué fièrement Karim KHAN « Je savais que mes salariés étaient formidables, mais ils me l’ont montré encore plus en 2021, je veux retenir cette solidarité et qu’on se batte contre l’individualisme de notre société ».

Quand son dirigeant porte les valeurs de l’entreprise et qu’il les traduit dans son mode de fonctionnement avec ses équipes, l’animation des RH fonctionne et permet de relever les challenges.

La recette pour passer de l’excellence culinaire à l’excellence RH

Bien recruter. Cela suppose de prendre le temps de définir les besoins de son entreprise. Dans le processus de recrutement, plusieurs personnes évaluent le candidat (manager direct, responsable RH, dirigeant) afin de croiser les regards pour déjouer les biais cognitifs et faire le bon choix. L’entreprise utilise une grille d’évaluation avec des critères métiers, des critères de compétences comportementales (l’entraide, la rigueur, l’adaptation, …) et des critères d’engagement liés aux valeurs de l’entreprise (engagement, respect, ouverture). Il n’y a rien de simple dans le recrutement, en tant qu’employeur du secteur de l’hôtellerie et de la restauration, la pénurie de main d’œuvre est un fléau. Les difficultés RH existent depuis plus de 10 ans, avec la crise COVID, le comportement des salariés à évoluer, la relation au travail également, c’est à nous de nous adapter souligne Karim KHAN.

Bien manager. Dès le recrutement, l’entreprise donne accès à sa charte, elle est expliquée à tous les nouveaux salariés car elle guide le travail en équipe au quotidien. L’encadrement procède à un suivi régulier des nouveaux embauchés pour savoir comment ils s’intègrent, quelles sont les difficultés rencontrées et comment l’équipe et le N+1 peuvent les aider. Le Château d’Apigné privilégie un management de proximité, à tout moment la porte du dirigeant est ouverte aux salariés. Enfin, comme dans la vie privée, il faut entretenir la relation sur le long terme. Cela passe par des moments de convivialité réguliers ou encore des attentions personnalisées comme fêter les anniversaires par exemple.

À plusieurs, les résultats sont toujours meilleurs, au sein de l’entreprise, c’est une responsabilité partagée entre le manager et ses équipiers. Le travail est d’abord collectif, les échanges autour du travail sont réguliers. La logique RH de l’entreprise porte entre autres sur la question du comment venir en soutien d’un salarié en difficulté et du comment il nous est possible de mieux œuvrer ensemble.

Des réunions d’informations collectives avec le personnel, bilan de l’année, perspective de développement, préparation de la saison, etc., sont régulièrement organisées, la mise en place de temps d’échanges et de suivi individuels mais aussi de temps conviviaux avec les salariés et leur famille.

La dimension sociale tient particulièrement à cœur Karim KHAN car elle est connectée aux valeurs et aux principes de l’entreprise. Nous en sommes au tout début, les projets sont portés par la Responsable RH et moi-même me confie Karim KHAN. Nous voulons mieux veiller à l’équilibre vie privé/vie professionnelle, nous avons mis en place une pointeuse pour un meilleur respect des horaires, et aussi un mini CE pour permettre aux salariés et leur famille de bénéficier d’une offre de loisirs à tarif préférentiel. D’autres réflexions sont en cours souligne Karim KHAN.

Fidélisation et engagement des salariés

Les bénéfices de ce management, ce sont des salariés impliqués et davantage conscients des perspectives de l’entreprise, moins de turnover, plus de compétences et une motivation et une performance accrue. Bien manager les RH aide à renforcer l’adhésion à l’esprit de l’entreprise, cela stimule la créativité et l’innovation au cœur des équipes, par exemple, à l’initiative des équipes, nous avons créé un four à pain, et développé notre propre jardin potager, c’est très stimulant et fédérateur !

Conclusion : Et après ?

Les investissements du château d’Apigné sont désormais axés sur la qualité de service et sur l’optimisation des conditions de travail des salariés. Apporter un service haut de gamme ne peut plus se faire sans une conscience écologique. Depuis la crise sanitaire, cela demande encore plus à l’entreprise de s’interroger sur la valeur d’être ensemble.

Karine GRABSIA